A mon humble avis, nous n’écoutons pas suffisamment le silence…..

Une petite réflexion s’impose :
Avez vous remarqué combien le silence avait d’importance?
Avez vous remarqué combien le silence pouvait parler?
Avez vous remarqué combien le silence pouvait nous ouvrir les yeux?
Avez vous remarqué combien le silence développait tous nos sens?
Avez vous déjà testé un peu de silence?

On croit qu’il n’est rien mais il permet par exemple de remettre nos idées en ordre après une journée passée au milieu de toutes sortes de bruits (moteurs de voitures, pétarades des motos, sonneries de téléphones, annonces faites par haut parleur dans les grandes surfaces, discours des collègues….). C’est le silence qui permet à notre cerveau de retrouver son calme.

On peut aussi enfin entendre la voix de notre inconscient qui nous guide dans nos choix : cela s’appelle l’intuition et n’est juste que si elle n’est pas parasitée par d’autres bruits.

Dans une conversation, remarquez l’impact de quelques secondes de silence : il permet aux auditeurs de digérer et d’assimiler ce qu’ils ont entendu et à l’orateur de reprendre sa respiration tranquillement ce qui influence sur son stress en le diminuant et accessoirement de capter l’attention de son auditoire.

Les silences sont parfois plus parlants qu’un grand discours : en effet il vaut mieux dire peu de choses mais justes et utiles et laisser des temps morts plutôt que de bavarder inutilement juste pour meubler l’espace car les éléments essentiels de la conversation risque d’être noyés dans un flot de paroles et d’être perdus.

Il y a aussi des silences qui permettent de découvrir l’autre : si vous laissez parler votre interlocuteur, vous découvrirez certainement plus de choses chez lui que si vous lui posez tout un tas de questions. Cela rejoint le thème de l’écoute que je traiterais dans une prochaine page.

La mode des retraites spirituelles, religieuses, philosophiques…. ne cesse d’augmenter.

Les lieux de ces retraites sont dans les profondeurs de la campagne.

Il y a bien une raison à cela : c’est que l’homme découvre peu à peu les bienfaits de ces moments de grand silence associés à des périodes de jeûne par exemple. On redécouvre le plaisir de la lecture, de la peinture, de la calligraphie,de la méditation aussi.

Ce silence, accompagné de la méditation, permet un recentrage sur soi-même et parfois cela est bien nécessaire pour réintégrer son véritable SOI.

Je vous invite vivement à essayer : au début c’est un peu difficile mais c’est juste une question d’habitude!