La pneumonie aigue est une infection des poumons. Elle se manifeste (Symptômes) par la présence de pus ou de liquide inflammatoire dans les alvéoles pulmonaires. Cette infection entraîne des douleurs et des difficultés respiratoires chez le malade. Les principaux agents responsables de cette infection sont les bactéries, les virus et les champignons. C’est une maladie plus ou moins grave qui peut être prévenue grâce à une bonne hygiène de vie.

Quels sont les principaux facteurs ?

Bien que cette pneumopathie soit susceptible d’atteindre n’importe quelle personne, on note une nette sensibilité chez les personnes âgées, les nourrissons et les enfants de moins de 3 ans. Les risques sont particulièrement élevés chez les personnes âgées de 65 ans environ et celles qui présentent certains caractères d’immunodéficience ou encore celles souffrants d’une maladie chronique. Les éléments responsables dépendent du type de pneumopathie : la pneumonie virale, bactérienne et la pneumonie atypique. Ces formes de pneumonie aigue sont causées par des bactéries, généralement, il s’agit du « pneumocoque », mais cela concerne aussi : le spectococcuspneumoniae, l’haemophilus influenzae, le mycoplasmapneumoniae, ou le chlamydia pneumoniae, etc. D’autres types de pneumonie aigue sont causés par des virus (la pneumonie virale). Ces virus sont notamment l’influenza (ou virus de grippe) et parainfluenza, mais peut aussi être le rhinovirus (ou virus du rhume). L’absorption de produits corrosifs comme la peinture, le vernis ou le tabac peut également être à l’origine de cette maladie.

Quels sont les symptômes de la pneumonie aiguë ?

La pneumonie aigue est caractérisée par une inflammation au niveau du parenchyme pulmonaire (bronchiole, alvéoles, tissu intersticiel). Cette partie du poumon est remplie par du pus ou du liquide, ce qui crée un dysfonctionnement respiratoire chez la personne concernée. Il est difficile de déceler extérieurement les signes de cette maladie, car elle se manifeste souvent comme une simple grippe ou un rhume au départ. Le moyen le plus fiable en cas de doute est de consulter un médecin spécialiste (un pneumologue ou inhalothérapeute) afin que ce dernier puisse faire un dagnostic en bonne et due forme. Les moyens mis en œuvre pour dépister cette maladie sont divers :

  • La radiographie de la cage thoracique
  • L’analyse des sécrétions pulmonaires
  • Une analyse sanguine pour détecter la bactérie

Quoi qu’il en soit, ci-après quelques symptômes évidents qui  permet de détecter si une personne est atteinte de pneumonie aigue ou non :

  • Toux suivies d’expectoration contenant du pus,
  • Fièvre, tachypnée, frissons, fatigue et fortes transpirations,
  • Une douleur aigue au niveau de la poitrine
  • Difficultés respiratoires ou anhélations

Les traitements possibles

La pneumonie est une maladie mortelle, soit 15% de décès parmi les victimes. Elle peut être guérie avec la prise d’antibiotiques et de pénicilline s’il s’agit d’une pneumonie bactérienne. Pour la pneumonie virale, un médicament antiviral sera recommandé : l’oseltamivir. En d’autres termes, le traitement adopté dépendra des agents porteurs de la maladie, de l’organe touché (alvéole, bronche, etc.) et de sa gravité. Par contre, le médecin préconise généralement l’hospitalisation pour les patient âgés et les petits enfants dont le système immunitaire est faible mais aussi lorsque l’état du malade ne s’améliore pas après le suivi des traitements médicamenteux. Dans ce cas, une administration de médicaments par intraveineuse ou une oxygénothérapie ou encore une thérapie par l’hydratation orale sera nécessaire.